7 mai 2022

Radio Repère Des îles, 106.5 FM stéréo

La référence en matière d’écoute…!

La gestion des risques et des désastres bientôt dans le curriculum éducatif haïtien

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a organisé, du lundi 14 au mardi 15 février, un atelier sur la stratégie d’intégration de la gestion des risques et désastres dans le curriculum de l’école haïtienne. Cet atelier vise à développer une stratégie nationale concertée en vue de renforcer la sécurité et la résilience de la communauté éducative.

Publié le 2022-02-15 | lenouvelliste.com

Avec les nombreux dommages causés par le séisme du 14 août dans le parc scolaire dans le grand Sud, le MENFP, de concert avec ses partenaires, accélère avec la mise en œuvre d’une stratégie visant à intégrer la gestion des risques et des désastres dans le curriculum de l’école haïtienne. L’ingénieur-géologue Claude Prépetit a axé son intervention sur les principales menaces auxquelles le pays est exposé. L’expérience de la République dominicaine en matière d’intégration de la gestion des risques et des désastres dans l’éducation a été présentée aux participants pour montrer la nécessité d’intégrer ce concept dans notre curriculum éducatif.  

Pour le titulaire du MENFP, Nesmy Manigat, cet atelier se veut de mobiliser toute la communauté éducative, les acteurs sociaux et les collectivités territoriales autour de la nécessité de sensibiliser et de former élèves, étudiants, enseignants, personnels administratifs du secteur de l’éducation aux risques de catastrophes et les comportements responsables à adopter afin de diminuer leur impact.

Selon le ministre Manigat, le plan sectoriel de réduction de la vulnérabilité aux désastres dans le secteur éducatif nous offre déjà des orientations claires susceptibles de rendre moins exposé et moins vulnérable le pays. Il met l’accent sur la relance de la Commission nationale scientifique de réforme curriculaire qui, souligne-t-il, participe également de cette vision systémique pour le renouveau de l’école haïtienne.

Tout en avançant que les risques en milieu scolaire sont très élevés, Jerry Chandler, directeur général de la Protection civile, regrette que les facteurs de vulnérabilité et les principes de base en matière de prévention ne soient pas maîtrisés par la communauté éducative.

« Les outils de prévention ne sont pas toujours utilisés en milieu scolaire du fait de leur méconnaissance », poursuit M. Chandler, soulignant les conséquences désastreuses lourdes de cet état de fait suite au séisme du 12 janvier 2010 dans lequel environ 38 000 élèves et 1 300 professeurs ont perdu leur vie.

Jerry Chandler se dit prêt à apporter toute sa collaboration dans l’aboutissement de ce processus. Il dit espérer que cet atelier va s’inscrire dans la bonne continuité des actions déjà entreprises suivant une dynamique de renforcement, de correction, d’adaptation et de la mise en œuvre d’une stratégie efficace et efficiente.

Pour sa part, le représentant de l’UNICEF, Bruno Maes, dit saluer cette initiative du ministère de prendre en compte la composante gestion des risques et des désastres dans le curriculum de tous les ordres d’enseignement.

« Nombreux sont les enseignants, les élèves, les parents et les cadres du ministère qui ont perdu la vie dans ce type de désastre. Les pertes en termes d’infrastructures scolaires et en heures d’enseignement-apprentissage sont incalculables », avance-t-il, souhaitant vivement que cet atelier soit un pas de plus dans la réflexion autour d’une stratégie nationale pour contribuer à la réalisation des objectifs du cadre de Sendai.