Migration/RD : Près de 30,000 cas de rapatriements, de refoulements et de retours volontaires vers Haïti, en novembre 2022

Migration/RD : Près de 30,000 cas de rapatriements, de refoulements et de retours volontaires vers Haïti, en novembre 2022

28 mille 647 migrantes et migrants haïtiens ont été rapatriés, refoulés et retournés en Haïti, au cours du mois de novembre 2022, par les autorités dominicaines, a indiqué la plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr), dans un rapport mensuel transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

Il y a eu 18,063 rapatriés, 3,337 refoulés et 7,247 retours spontanés au niveau des différents points frontaliers officiels et non officiels, précise-t-elle.

Une intensification des expulsions massives d’Haïtiennes et d’Haïtiens, pour la plupart des femmes et des enfants, a été observée pendant le mois de novembre 2022, relève-t-elle.

Certains enfants non accompagnés ont été expulsés, lors des vagues de rapatriements en République Dominicaine, confirme la plateforme Garr.

Elle condamne les opérations empreintes de haine, orchestrées par les agents de l’immigration et les soldats de l’armée dominicaine contre plusieurs migrantes et migrants haïtiens « avec emphase sur un profilage à l’endroit des Noirs ».

Deux Américains et un Hollandais ont été pris pour des Haïtiens sur la base de la couleur de leur peau, détenus dans un centre carcéral pour être expulsés vers Haïti, rapporte-t-elle.

Dans une alerte en date du 19 novembre 2022, l’ambassade des États-Unis d’Amérique en République Dominicaine avait attiré l’attention des ressortissantes et ressortissants américains à la peau foncée, qui résident en territoire voisin d’Haïti, sur le fait que des voyageurs ont déclaré avoir été retardés, détenus ou soumis à de nouveaux interrogatoires, aux points d’entrée et lors d’autres rencontres avec des agents de l’immigration dominicaine, en raison de leur couleur de peau.

Le Ministère des affaires étrangères dominicain a dit espérer que « le gouvernement des États-Unis envisage de retirer les termes (couleur de peau) non vérifiés, contenus dans son communiqué ambigu, dans les plus brefs délais ».

« Les migrants détenus sont gardés dans des centres de détention surpeuplés, sans possibilité de contester leur détention, sans accès a de la nourriture, aux toilettes, et parfois pendant des jours d’affilée, avant d’être libérés ou expulsés vers Haïti », fustige la plateforme Garr.

Elle dénonce le silence et l’inaction du gouvernement de facto en Haïti sur la situation, qui prévaut actuellement au niveau des frontières haïtiano-dominicaines, où les Haïtiens vivent l’enfer dans l’indignité.

Les autorités de facto en Haïti ont seulement dénoncé « les traitements inhumains et honteux », à des compatriotes haïtiens se trouvant en République Dominicaine, dans une note.

De tels abus « ternissent l’image de la République Dominicaine à travers le monde et mettent en péril l’esprit de paix et d’harmonie, devant guider les relations entre les deux pays se partageant l’île », a critiqué le Ministère des affaires étrangères et des cultes (Maec), au nom du gouvernement de facto.

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (Hcr) a exhorté, le jeudi 10 novembre 2022, le autorités dominicaines à surseoir temporairement aux rapatriements massifs vers Haïti, dans ce contexte de crise.

Le président dominicain Luis Abinader Corona a publié, le vendredi 11 novembre 2022, le décret 668-22 visant à ordonner la formation d’un corps spécialisé, qui aura pour mission d’expulser tous les étrangers en contravention avec les lois dominicaines.

Les violations des droits des ressortissantes et ressortissants haïtiens se sont multipliées, surtout lors des rapatriements à la frontière haïtiano-dominicaine.

Des membres de la société civile ont procédé à la fermeture, du lundi 21 au samedi 26 novembre 2022, de la frontière Ouanaminthe/Dajabón, pour protester contre les abus et autres mauvais traitements aux Haïtiennes et Haïtiens en République Dominicaine.

Le point frontalier Belladère/Comendador (province d’Elias Piña en République Dominicaine) a également été fermé, le lundi 28 novembre 2022, dans le cadre de ces mêmes mouvements.

Source / Alterpress

LE FLASH SOCIÉTÉ