Haïti – Politique : «La communauté internationale a l’obligation de venir en aide à Haïti»

Haïti – Politique : «La communauté internationale a l’obligation de venir en aide à Haïti»

La 56ème édition du Sommet du Système d’Intégration Centraméricain (SICA) qui s’est tenu au Bélize, a pris fin vendredi 9 décembre sur une déclaration dans laquelle les dirigeants et les délégués des pays membres ont exprimé leurs inquiétudes face à la grave situation qui prévaut en Haïti.

Deux jours après ce sommet, les membre du SICA se sont réunis en République Dominicaine pour discuter de questions d’intérêt commun liées au changement climatique, aux migrations, à la gestion des risques et à l’établissement de relations de coopération.

Dans la Déclaration de Santiago de los Caballeros à l’issuer de cette réunion, les pays membres ont exprimé de nouveau leur inquiétude face à la gravité de la situation haïtienne et se sont joints aux déclarations du Président Luis Abinader lors de l’ouverture de l’ordre du jour qui a lancé un appel urgent à la communauté internationale, afin de faire face à la crise dans le pays voisin « La communauté internationale a l’obligation de venir en aide à Haïti pour surmonter les souffrances endurées par ce peuple et, surtout, aussi pour que son Gouvernement puisse assumer un plus haut niveau de responsabilité », a déclaré le Président Abinader, dans cadre de la confirmation du sujet à aborder.

En savoir plus sur le SICA :
Le Système d’intégration centraméricain (SICA) est une organisation politique, économique et culturelle des pays d’Amérique centrale est en vigueur depuis le 1er février 1993.

Le cadre institutionnel du SICA intègre les États du Guatemala, du Salvador, du Honduras, du Nicaragua, du Costa Rica et du Panama. Belize a rejoint l’Organisation en 2000 comme membre de plein droit. La République Dominicaine est devenue membre associé en 2004, Haïti en 2013. Le Mexique, le Chili et le Brésil siègent comme observateurs régionaux, tandis que la République de Chine, l’Espagne, l’Allemagne, le Japon, la France et la Turquie participent en tant qu’observateurs extrarégionaux. Le SICA, de son côté, participe en tant qu’observateur aux sessions de l’Assemblée générale des Nations unies et possède des bureaux permanents au siège de l’ONU. Ce système bénéficie du soutien de l’Organisation des Nations unies (Résolution A/48 L du 10 décembre 1993).

SL/ HaïtiLibre

LE FLASH POLITIQUE